Investissement locatif : êtes-vous prêt à vous lancer ?

Prêt à franchir le pas ? Voilà la grande question.

Le sujet de l’investissement locatif revient souvent dans les discussions, en famille ou entre amis, afin de questionner ceux qui y pensent, ceux qui l’ont fait, et ceux qui y ont renoncé suite à une mauvaise expérience (vécue ou entendue).

Lorsqu’on en est au stade de la réflexion, il faut avoir en tête les bonnes motivations :

Beaucoup de futurs bailleurs verront surtout dans l’investissement immobilier un moyen de réduire leurs impôts (dispositif PINEL).

Si ce peut être une motivation légitime en soi, attention aux mauvais calculs. Surpayer un bien, avoir des difficultés à le louer, subir une rotation fréquente des locataires, ou encore avoir une rentabilité faible balaieront facilement les 10, 20 ou même 30,000 euros d’économie d’impôts escomptés.

Pour rappel, dans les années de défiscalisation « Robien », nombre de programmes ont été vendus sur ce principal argument de réduction d’impôts. 10 ans après, certains se revendent à la moitié du prix acheté, et n’ont pas été loués de façon constante.

Une fois le choix du bien effectué, il faut également composer avec le risque locatif.

Ce rapport au risque est propre à chacun, mais il faut retenir que les impayés dans le parc privé concernent moins de 4% des logements loués. De plus, des garanties peuvent être prises pour couvrir ces risques (dispositif VISALE, assurance privées).

Avoir recours à un professionnel local pour la gestion locative permet également d’être plus serein.

Par contre, il faut éviter, autant que possible, de s’attacher à son bien de façon excessive, au risque de dégrader les relations avec les occupants. Cela reste avant tout un placement financier.

 

En résumé, votre décision d’investir dans l’immobilier sera prise lorsque vous aurez jugé que les bénéfices sont supérieurs aux risques encourus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *